was successfully added to your cart.

Panier

Un week-end sur l’ile d’Aix

By 1 novembre 2020France, Voyage

Parmi les destinations de choix, au départ de Bordeaux, il y a une petite île bourrée de charme : l’île d’Aix !

COMMENT J’Y VAIS ?

Depuis Bordeaux, nous avons pris la voiture en direction de Fouras. Il faut compter environ 1H40 pour arriver à bon port (et sans jeu de mot !). Une fois à Fouras, nous nous sommes garés sur un parking payant en plein air (le parking de la pointe de la fumée), juste à côté de l’embarcadère. Pour y stationner, il faut compter 16€ par tranche de 24H.
Puis nous avons embarqué sur un bateau qui nous a permis de relier l’ile après une traversée de 20 min environ. Il est important de bien consulter les horaires des bateaux notamment hors saison car les traversées sont plus rares (par ex en octobre, il n’y a que 5 traversées par jour en direction Fouras > Aix)

Petit conseil : réservez les billets à l’avance directement sur le site internet du service maritime Ile d’Aix, cela vous évitera de faire la queue à votre arrivée. De notre côté, nous avons pris une formule famille (2 adultes et 2 enfants de 4 à 18 ans pour 33€)

UN PEU D’INFOS SUR L’ÎLE D’AIX …

Il s’agit d’une toute petite île, en forme de croissant, qui fait 3kms de long pour 700m de large. Elle ne compte que 300 habitants à l’année et a su garder toute son authenticité. Située au cœur de l’archipel Charentais, elle est généralement moins connue que ses voisines : l’île de Ré ou encore l’île d’Oléron. Pourtant elle ne manque pas d’atout et encore moins d’attraits.

On s’y déplace essentiellement à pieds ou à vélo (je vous rassure l’île est complètement plate, pas besoin d’enfiler votre maillot à pois ^^). Les voitures y sont interdites, sauf quelques exceptions pour le médecin, la Poste, … donc vous risquez d’en croiser assez peu lors de votre séjour.
A mes yeux, le combo vélo + marche à pied est l’idéal. En effet, le vélo vous permettra par exemple de rejoindre en quelques minutes les plages du nord et de garer votre vélo pour continuer ensuite à parcourir les petits sentiers escarpés à pied.


Il y a deux loueurs de vélo sur l’île :
– C’est Aixquis, c’est le premier que vous verrez en arrivant dans le centre du bourg. En revanche, je vous conseillerai de passer votre chemin. Hormis leur tarif un peu plus élevé que leur concurrent, ils ont une attitude hyper désagréable, voire dédaigneuse. Il suffit de lire les avis sur Internet pour s’en rendre compte et nous en avons nous-même fait les frais. Cela nous a permis de passer notre chemin et d’aller voir le deuxième loueur, bien plus sympathique !
– Cyclaix, est à quelques mètres seulement du premier, dans l’artère principale, en face de la boulangerie. L’accueil y est bien plus sympa !
Les vélos (autant chez l’un que chez l’autre) ne sont pas toujours d’une grande jeunesse mais ils sont bien robustes et vous permettront de sillonner l’île.

A noter également que l’île compte assez peu de commerces (une seule boulangerie, une petite épicerie, …), juste quelques restaurants et un seul hôtel. Donc soyez prévoyants pour ne pas vous retrouver sur le carreau 🙂

Enfin vous verrez que l’empreinte de Napoléon est assez forte sur l’île. Cela est notamment dû au fait qu’il y passa ses derniers jours en France, en juillet 1815, avant de la quitter à jamais et d’être contraint à l’exil. Outre le seul hôtel de l’île qui porte son nom, les ruelles sont aussi souvent un clin d’oeil à l’empereur (rue Napoléon, place d’Austerlitz …) et il y a un même un musée Napoléonien.

JE FAIS QUOI SUR L’ÎLE ?

Laissez vous attraper par la douceur de vivre, flânez le long de la côte au gré des marées et déambulez dans les petites rues pour admirer les façades pittoresques. Ce que j’aime particulièrement c’est y aller hors saison pour déconnecter complètement, le temps d’une parenthèse iodée, hors du temps.

Enfin, parmi les choses à faire / voir, il y a bien sur :
– Les deux phares, emblématiques de l’île, qui culminent à 25 mètres de haut. Je vous conseille d’aller les admirer sur la bute non loin de là pour avoir un peu de recul. Vous pouvez également aller jusqu’à leur pied mais il n’est pas possible de les visiter.
– Le Fort de la Rade, au sud de l’île. Il est accessible par un pont-levis et entouré de douves. N’hésitez pas à passer par la passerelle de la pointe Sainte-Catherine pour contourner le fort par l’extérieur
– Les remparts et les douves
– Le fort Liédot, au nord de l’île. En revanche, nous n’avons vu que l’extérieur car il était fermé lors de notre passage (il est ouvert en d’avril à septembre mais n’oubliez pas de bien vérifier les horaires d’ouverture avant de vous y rendre)
– La plage de l’Anse de la Croix
– La baby plage et les sentiers pédestres au nord de l’ile qui donnent accès à de magnifiques criques (notre coup de cœur)
– Le musée Napoléon et le musée Africain.


JE MANGE OU ?

Nous avons notamment voulu profiter de notre logement et de sa jolie cuisine en passant derrière les fourneaux. Pour cela, nous avons fait quelques courses dans la petite épicerie de l’île mais n’hésitez pas à emporter avec vous quelques provisions car le choix reste assez limité sur place (nous avons notamment pris avec nous le lait 2ème âge de la chouquette et quelques petits pots)

A côté de l’épicerie il y a un petit snack qui propose des paninis ou des burgers et cela dépanne bien. Nous y avons notamment déjeuner avant notre départ, une fois les clés de la location rendues.
Et tous les matins, nous avons pris des viennoiseries à la boulangerie. Un régal !

Autrement, impossible de faire l’impasse sur les huitres, l’ostréiculture étant une des activités phare de l’île. Rendez-vous chez Franck (en espérant qu’il ne soit pas parti à la pêche) et installez-vous sur les cageots pour la dégustation ! De notre côté, nous nous sommes régalés avec notre plateau d’huitres, accompagné d’un verre de vin blanc de la région

Autre bonne adresse : Isola Nostra
N’hésitez pas à réserver en amont pour vous assurer d’avoir une table. Avec sa grande terrasse et ses guirlandes de guinguette, on s’y sent comme à la maison. Ils proposent des produits frais, bien cuisinés. Vous pouvez également prendre des pizzas à emporter.

JE LOGE OU ?

Il y a bien évidemment de nombreuses annonces de locations que l’on peut retrouver sur des sites comme Airbnb, abritel, Facebook, … et aussi un camping l’été.
De notre côté, nous avons opté pour un Airbnb, situé à 200m du port (nous permettant d’éviter la longue marche avec les bagages). La maison est lovée entre deux grandes bâtisses ce qui lui confère beaucoup de charme. Par ailleurs, avec son jardin, sa grande table de ferme et son poêle, on s’y sent vite très bien, été comme hiver.

Si jamais votre location est plus éloignée, un conseil : appelez le seul et unique taxi de l’île, suffisamment en avance, pour vous assurer un trajet plus reposant avec vos bagages



MES CONSEILS

Si vous en avez la possibilité, je vous conseille vivement d’y aller hors saisons pour gouter encore plus à la vie sauvage et éviter les « plages bondées » de juillet et août.

Prenez beaucoup d’espèces / ou votre chéquier avec vous car les loueurs de vélo ne prennent pas la carte et il n’y a pas de distributeurs de billets sur l’île.

Pensez bien à prendre tout ce dont vous aurez besoin une fois sur place car il y a très peu de commerce sur place et les choix sont assez limités.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.