was successfully added to your cart.

Dans le désert de Bardenas

By 17 May 2018Espagne, Voyage

Cela faisait très longtemps que j’avais envie de me rendre dans ce désert espagnol, aux faux airs de Nevada, et de poser mes valises à l‘Hôtel Aire de Bardenas, récompensé par de multiples prix d’architecture et de design intérieur (26 plus précisément !)

Pour arriver à notre destination, nous avons roulé pendant un peu plus de 4H, depuis Bordeaux. Et, à l’arrivée, le dépaysement fut total : des terres arides à pertes de vue, des éoliennes plantées au loin et le début du Parc Naturel Bardenas Reales qui se dessine à l’horizon, avec ses collines rocheuses et ses terres ocres.

 

Bienvenu dans le Far West espagnol !

 

 

 Pourquoi l’hôtel Aire de Bardenas ?

 

L’hôtel se situe à environ 2H de la frontière française, au sud de la Navarre, “au milieu de nul part”, assurant un dépaysement total et offrant un panorama saisissant sur le désert. Conçu sur un seul niveau, il se fond totalement dans le paysage et se devine au dernier moment, tel un mirage.

L’hôtel Aire de Bardenas est une invitation au calme et à la détente, parfait pour une petite escapade en amoureux.

Il a été conçu par les architectes Monica Rivera et Emiliano Lopez, déjà récompensés d’une dizaine de prix dans le monde pour leur travail.

 

 

De notre côté, nous avons opté pour un “Cube avec vue” sur le désert (Chambre 22, que je vous recommande vivement !)), avec sa grande baignoire extérieure. Elle coûte près de 300€ la nuit mais elle offre une vue incomparable. D’autres chambres sont proposées, dans les 250€ mais ne disposent pas de cette vue car la fenêtre donne sur un patio fermé. Il existe aussi des chambres “bulles”, pour vivre une expérience un peu plus insolite.

Ce fut vraiment un bonheur de se réveiller face au désert, avec une vue dégagée, et voir le soleil émerger des collines.

Nous avions vu sur TripAdvisor quelques commentaires indiquant que l’hôtel méritait une petite rénovation, contribuant à nous inquiéter un peu mais, une fois sur place, ces appréhensions se sont vite envolées. Notre chambre était propre, bien entretenue, à la décoration épurée. Pas de fausse note donc (cela dépend peut être des chambres ?)

Le brun est allé faire un plongeon dans la grande piscine, avec vue sur les collines et éoliennes. A noter que l’eau est vraiment fraîche (frileux s’abstenir) !

 

 

 

 

 

 

Le soir, nous avons dîné au restaurant de l’hôtel et nous nous sommes régalés. La plupart des plats proposés est concoctée à partir des denrées produites dans le potager, visible depuis le restaurant, ou sont des produits de la région. Un choix qui s’inscrit dans une logique d’éco-responsabilité.

Il existe notamment un menu végétarien, à 35€ par personne. De notre côté, nous avons opté pour la carte (compter environ 20€ pour un plat).

Le petit déjeuner (à 20€/ personne) fut  également un régal : cookies maison, oeufs brouillés, jus d’oranges pressées de Valence, … de bons produits frais qui ont ravis nos papilles !

Et le Parc Naturel Bardenas Reales, c’est comment ?

 

Le désert de Bardenas a été déclaré Réserve de la Biosphère par l’Unesco en 2000 en raison de sa végétation et de sa faune unique. Avec ses allures lunaires, il dévoile des plaines avec des reliefs sculptés par l’érosion. Un spectacle saisissant, qui ne laisse pas indifférent.

On y trouve aussi ces fameuses “cheminées de fée”, qui contribuent à nourrir la légende.

 

 

 

Pour aller dans le désert, je vous conseille de commencer par vous rendre au “visitor center” (attention, il est fermé de 14H à 16H) où l’on vous remettra une carte qui indique les principaux points d’intérêt (toutefois, nous l’avons trouvé très sommaire et pas forcément très claire).

Une fois dans le désert, vous pourrez emprunter les quelques routes intérieures mais certaines zones sont interdites d’accès : il y a notamment une base militaire qui est installée dans ce désert, dont l’accès est totalement interdit, tout comme les terres avoisinantes. Toutefois, les panneaux sont assez clairs et il y a peu de risque de se tromper. Les amateurs de VTT ou de randonnée seront aux anges, avec un “terrain de jeu” de plus de 700 km de chemins, de pistes et de drailles s’offrant à eux.

 

Les Bardenas Reales sont constituées de 3 parties bien distinctes :

  • La Blanca : avec de grandes étendues style “far west” mais aussi des canyons profonds, dans lesquels coulent parfois des ruisseaux (selon les saisons). Le nom “Blanca” est lié aux sels blanchâtres. Cette partie est elle-même divisée en deux sous parties : La Blanca Baja et la Blanca Alta. La première est la plus connue et la plus fréquentée tandis que la seconde est plus vaste (mais, selon moi, c’est vraiment celle à faire, notamment car elle s’étend jusqu’au Pisquerra et Rallon.
  • La Negra : située à l’est et au sud, elle est coupée par des rivières et elle est couverte de végétation.
  • El plano : c’est un grand plateau, avec des plaines verdoyantes et un lac turquoise (que nous n’avons malheureusement pas eu le temps de voir. Ce sera pour la prochaine fois !)

Donc, en un seul endroit, le désert présente des paysages assez contrastés, arides d’un côté (La Blanca) et verdoyants de l’autre (La Négra et el plano)

A noter toutefois que certaines parties du désert sont fermées entre début mars et fin septembre, pour protéger les rapaces et les laisser se reproduire en paix, notamment le massif de la Pisquerra et Rallon, où l’on trouve les plus belles randonnées 

 

 

 

Mes conseils !

 

J’Y RESTE COMBIEN DE TEMPS ? De notre côté, nous y sommes restés un week-end mais j’aurais tendance à vous conseiller 3 / 4 jours sur place (par exemple, 1 journée dans chaque “zone”, voire 2 dans la Blanca) Evidemment, si vous disposez de plus de temps, profitez en pour aller à Pampelune qui mérite le détour. On nous a parlé également d’un château dans les parages mais impossible de me souvenir du nom !

JE PARS QUAND ?  Qui dit désert ne dit pas forcément chaleur harassante toute l’année. En effet, les hivers y sont particulièrement froids. Toutefois, en juillet / août, les températures grimpent vite. Et attention à la pluie (rare heureusement) qui rend les randonnées impraticables. Vu que le sol est très argileux, cela se transforme en véritable patinoire. J’aurais tendance à conseiller d’y aller en octobre, quand les températures sont encore douces et notamment pour pouvoir emprunter les plus beaux sentiers (Rallon et Piskerra, fermés de mars à septembre pour rappel)

JE FAIS QUOI DANS LE DÉSERT  ? Si vous le pouvez, faites la Piskerra, une randonnée magnifique dans les Bardenas, où vous traverserez des montagnes d’argile de couleur ocre. De notre côté, le sentier étant fermé, nous avons fait les principaux points d’attraits (le Castil de Tierra, …) et avons longé le Canyon (ce fut une super balade que je vous conseille). Il y a 3 randonnées qui sont balisées sur la carte. Toutefois, je vous conseille de vous aventurer sur d’autres chemins (sauf sur les sentiers interdits d’accès bien sur !), en longeant le Canyons par exemple. Pour les VTTistes, il existe 9 itinéraires. Par ailleurs, j’ai vraiment trouvé la carte donnée par le visitor center très sommaire. Ce fut une petite déception. Toutefois, il existe des livres / cartes avec des itinéraires conseillés (comme ici) ou des sites Internet qui donnent de très bonnes indications (ex. ici) Je vous conseille donc de regarder tout ça avant de partir.

JE ME DÉPLACE COMMENT DANS LE DÉSERT ?  De notre côté, nous nous sommes déplacés en voiture et allions de points en points pour continuer en randonnées. La circulation des véhicules à moteur et VTT n’est autorisée que sur certains chemins, signalés sur la carte. Par ailleurs, la vitesse est limitée à 40 km/h pour respecter la faune alentour mais, sur ces petits chemins de terre, 40 km/h c’est déjà très bien 🙂  Le désert est tellement vaste que je vous conseille de faire comme cela. Ou de vous faire en circuits en VTT si vous le pouvez (il y a la possibilité d’en louer aux alentours)

JE DORS OU ?  Si vous  le pouvez, je vous conseille vraiment de faire une nuit au moins à l’Aire de Bardenas, c’est vraiment une expérience super. Toutefois, comptez environ 300€ la nuit dans une chambre cube avec vue sur le désert. Sinon, vers Tudela, il y a plein de Airbnb ou de chambres d’hôtes / gites très accueillants, (ici par exemple). De notre côté, nous avons prévu d’y retourner vers octobre, avec les enfants, et ce sera en van ! Mais pas possible de dormir en van dans le désert car les horaires sont réglementés, les Bardenas étant un espace protégé. L’ouverture se fait à 8H et la fermeture 1H avant la tombée de la nuit. Toutefois, nous avons vu quelques camping cars disséminés ça et là, ayant visiblement passés la nuit sur place. Les contrôles étant quasi inexistants donc certains en profitent. Tant qu’ils prennent soin de leur environnement….

JE MANGE OU  ? Evidemment au restaurant de l’hôtel Aire de Bardenas, si vous pouvez, qui est un régal, avec des produits frais venant directement du potager. Sinon, dans la ville la plus proche, à Tudela, il y a des restaurants de tapas. De notre côté, nous sommes allés chez José Luis, réputés comme un des meilleurs restaurants de tapas mais l’ambiance ne nous a pas emballé (néons au plafond, brouhaha général, serveurs antipathiques, …). Après les prix restent très corrects et les tapas sont bons, sans être exceptionnels non plus.
En revanche, pour vos journées dans le désert, pensez à prendre des sandwichs et de l’eau. Sinon, il y a un petit foodtrucks vers le visitor center qui pourra vous ravitailler

 

Bonne visite du désert !

7 Comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.